Jules et Jiles et Jeanne

Création 2021-2022
Gilles Pastor

Photo Giancarlo Bonora, 1962 Tournage de Jules et Jim

 

Production en cours

Texte, mise en scène et scénographie : Gilles Pastor

Matériaux :
Jules et Jim (1963) film de François Truffaut
et le roman d’Henri-Pierre Roché (1953), Pier Paolo Pasolini,
Sophocle, Jeanne Moreau …

Avec : Alizée Bingöllü et Jean-Philippe Salério
et la voix de Jeanne Moreau

Assistante à la mise en scène : Catherine Bouchetal
Lumière : Yoann Tivoli
Musique : Sylvain Rebut-Minotti

Notes d’intention / Gilles Pastor

Ma rencontre avec Jeanne Moreau, c’est d’abord sa voix.
Sa voix est l’origine de ce projet de spectacle, je l’avais enregistrée en 2013 pour Affabulazione  de Pier Paolo Pasolini qui a été créé en novembre 2014 au TNP de Villeurbanne. Et c’est également sa voix au téléphone qui nous reliait de Paris à Lyon. Entre 2014 et 2017, je venais chez elle, régulièrement. Ces rendez-vous étaient devenus un rituel, nous discutions dans son salon, nous prenions le temps. Alors une amitié profonde est née. Sa disparition, le 31 juillet 2017, a arrêté brutalement mes allers-retours en TGV.

La mort rôde dans tous mes spectacles …

Au téléphone, Jeanne me disait : « Quand est-ce que vous venez me voir à Paris ?
…  Je ne suis pas éternelle ! »
Bien sûr qu’elle l’est !

Le film Jules et Jim de François Truffaut me raconte une histoire de vies, d’amours et de mort avec une Jeanne que je n’ai pas connue. Aujourd’hui, je me promène, moi Gilles, le metteur en scène, dans l’architecture de ce film et de ce roman, pour poursuivre le fil de nos conversations.
Jules et Jiles et Jeanne sera un tissu de mensonges où tout s’emmêle,  une Jeanne réinventée, avec les traces de mes souvenirs et l’empreinte de François Truffaut, Henri-Pierre Roché, Jacques Demy et Xavier Dolan …

Une suite d’amours imaginaires pour 2 acteurs.

 

Jules et Jim (1962)

Film français réalisé par François Truffaut sorti en 1962. Il s’agit d’une adaptation du roman du même nom de Henri-Pierre Roché publié en1953.
Paris, dans les années 1900 : Jules, allemand et Jim, français, deux amis artistes, sont épris de la même femme, Catherine. C’est Jules qui épouse Catherine. La guerre les sépare. Ils se retrouvent en 1918. Catherine n’aime plus Jules et tombe amoureuse de Jim.
Distribution : Jeanne Moreau, Catherine / Oskar Werner, Jules / Henri Serre, Jim

François Truffaut (1932 – 1984)

Sans doute la jeune femme de Jules et Jim veut-elle vivre de la même manière qu’un homme, mais c’est là seulement une particularité de son caractère et non une attitude féministe et revendicative. On peut dire que ce personnage de femme – incarné par Jeanne Moreau – qu’il est fait à la fois de poncifs et d’anti-poncifs. Aussi, quand elle devient trop Scarlett O’Hara, je lui mets des lunettes, j’essaie de la rendre plus humaine, plus réaliste. Je voulais faire du bien à Jeanne Moreau actrice, et il m’a semblé que je devais l’empêcher de devenir prestigieuse, qu’il fallait lui épargner toute exhibition. J’ai cherché à la « désintellectualiser » par rapport à ses films précédents et à rendre à la fois son rôle et son jeu plus physiques et plus dynamiques.

Propos recueillis par Yvonne Bady, Le Monde, 24 janvier 1962

 Jules et Jim par Jeanne Moreau (1928 – 2017)

 Ce film est comme une chanson, une chanson réussie. C’est un film musical. (…)
Qui n’a pas rêvé de ne pas avoir à faire face au choix ? C’est vrai que l’on peut aimer deux personnes en même temps, pour des raisons différentes, convergentes, complémentaires, parallèles. L’un peut être le reflet de l’autre et mettre en valeur l’autre.